Rejoignez-nous

Politique

Procès d’un père incestueux : Une enquête interne ouverte

Publié

,

le

Le Conseil d’Etat vaudois a décidé d’ouvrir une enquête interne en lien avec le procès d’un père incestueux, dont le jugement tombera jeudi matin. Il s’agira d’établir ce qui n’a pas fonctionné pour éviter une telle affaire.

La conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro (PLR) a révélé cette information dans une interview à la télévision publique tessinoise RSI, reprise mercredi soir par la RTS. Il s’agit d' »une enquête approfondie visant tout le système étatique qui a été impliqué dans cette affaire », a précisé jeudi à l’ats Philippe Racine, délégué à la communication du Département du territoire et de l’environnement.

Ce père de famille a comparu pour de nombreux et graves abus sur ses enfants, allant du viol à la mise en danger de la vie d’autrui. Le jugement sera rendu jeudi dès 10h30 à Yverdon.

Malgré l’intervention du SPJ et la mise en place d’une curatelle d’assistance éducative pour tous les enfants, dès les années 1997, les enfants ont été maltraités. En plus de traces de coups, il a été constaté qu’ils souffraient de carences affectives, de troubles de socialisation et du langage, ou encore de problème d’alimentation et d’un manque d’hygiène.

Dès leur plus jeune âge, les enfants, nés entre 1996 et 2014, ont régulièrement été frappés. Puis leur père, qui battait et violait déjà sa femme, a commencé à commettre des actes d’ordre sexuel sur une de ses filles lorsqu’elle avait huit ans. Elle a subi des abus réguliers dans la maison familiale, décrite comme un lieu insalubre. Les garçons de la fratrie n’ont pas non plus été épargnés.

L’homme est accusé de multiples infractions, allant du viol à la mise en danger de la vie d’autrui, en passant par l’inceste. La mère est également sur le banc des accusés, notamment pour complicité, violence et manquement au devoir d’éducation.

(Source ATS – Photo : ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Pierre Maudet: « Je suis conseiller d’Etat de plein droit »

Publié

le

A Genève, la nouvelle répartition des Départements entre les sept conseillers d’Etat est tombée mercredi en début d’après-midi. Pierre Maudet ne garde que l’économie. Son nouveau département comprend le développement économique, la recherche et l’innovation. Il conserve sous son égide Palexpo, les Ports francs et Genève Tourisme. L’ensemble de la sécurité passe chez Mauro Poggia. Le président Antonio Hodgers a précisé que cette décision a été prise à l’unanimité sauf une voix, celle de Pierre Maudet. La réaction de ce dernier:

Pierre Maudet Conseiller d'Etat PLR

Cette réorganisation était nécessaire, estime Antonio Hodgers:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Selon le Président, malgré les tensions et la confiance « amoindrie », le collège continue à travailler:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Aux yeux d’Antonio Hodgers, il s’agit désormais de poursuivre le travail engagé:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Un avis que partage la grande argentière Nathalie Fontanet et qui explique son vote en faveur de cette réorganisation:

Nathalie Fontanet Conseillère d'Etat PLR

Malgré cette réduction drastique de son champ de compétences, Pierre Maudet n’entend pas démissionner:

Pierre Maudet Conseiller d'Etat PLR

Le conseiller d’Etat se retrouve à la tête d’un département de taille réduite mais ne compte pas en faire moins pour autant. Il réfute par ailleurs l’éventualité d’une baisse de son salaire:

Pierre Maudet Conseiller d'Etat PLR

De son côté, le ministre MCG, Mauro Poggia garde l’emploi et la santé et se retrouve donc à la tête d’un département mammouth. Pas de quoi inquiéter Antonio Hodgers:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Mauro Poggia sera l’invité de Raphaël Leroy jeudi à 7h20.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Répartition des Départements: Pierre Maudet ne garde que l’économie

Publié

le

C’est fait. La nouvelle répartition des Départements entre les sept conseillers d’Etat genevois vient de tomber. Comme nous vous l’annoncions hier, Pierre Maudet conserve uniquement l’économie. L’ensemble de la sécurité passe sous l’égide de Mauro Poggia. Convoité par le magistrat PLR, l’Office cantonal de l’emploi a failli revenir à Thierry Apothéloz. Mais cette option a finalement été écartée ce matin. Le socialiste prend en revanche la surveillance des communes. Le MCG Mauro Poggia est tout de même dechargé de l’Office des poursuites, qui rejoint les Finances chez Nathalie Fontanet.

Le Conseil d’Etat a presenté cette nouvelle organisation à 14h15 précise en présence de tous ses membres. Y compris Pierre Maudet. »Je n’adhère pas aux décisions du Conseil d’état », a declaré ce dernier. A la question d’une éventuelle démission, Pierre Maudet a confirmé son refus de quitter sa fonction.

C’est donc un département réduit à sa portion congrue dont hérite le conseiller d’Etat PLR, actuellement prévenu dans l’affaire de son voyage à Abu Dhabi. Impossible toutefois de le laisser à la tête d’une coquille vide. L’affaire Legrix, du nom de l’ancien élu de l’exécutif de La Chaux-de-Fonds, fait jurisprudence.

Pour rappel, le 13 septembre déjà, le Conseil d’Etat avait mis en place des mesures organisationnelles. La présidence avait été retirée à Pierre Maudet et confiée à Antonio Hodgers. La responsabilité hiérarchique de la police avait été confiée à Mauro Poggia. Le ministre PLR se retrouvait alors avec le service de surveillance des communes et la direction générale du développement économique, de la recherche et de l’innovation.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Répartition des Départements: l’économie à Maudet et l’emploi à Apothéloz

Publié

le

C’est le scénario qui tient pour le moment la corde: l’économie devrait être confiée à Pierre Maudet. L’emploi devrait passer chez le socialiste Thierry Apothéloz. Et l’ensemble de la sécurité reviendrait à Mauro Poggia. Telles seraient les grandes lignes de la nouvelle répartition des Départements au sein du Conseil d’Etat genevois.

Selon nos informations, le collège s’est effectivement réuni dimanche pour discuter de cet épineux sujet. la Tribune de Genève précise que les deux ministres PLR Pierre Maudet et Nathalie Fontanet étaient exclus de ce conciliabule. Pour rappel, le gouvernement genevois expliquait mercredi dernier par voie de communiqué, le fait qu’il ne pouvait que « prendre acte de la volonté de M. Maudet de poursuivre son mandat électif ». Prévenu dans l’affaire de son voyage à Abu Dhabi, Pierre Maudet est en effet le seul à pouvoir démissionner. Ce à quoi il se refuse. Résultat, le Conseil d’Etat doit faire face à un véritable casse-tête, qui peut se résumer ainsi: que laisser à Pierre Maudet?

Persona non grata à Berne

Toujours dans le communiqué du 16 janvier, le Conseil d’Etat a d’ores et déjà annoncé que la présidence lui était définitivement retirée ainsi que l’ensemble de la politique de sécurité. Difficile notamment d’envisager que Pierre Maudet continue les prestations de serment. Comme l’avait révélé le Temps, mercredi dernier, il faisait jurer ou promettre aux avocats stagiaires «de n’employer sciemment, pour soutenir les causes qui (leur) seront confiées, aucun moyen contraire à la vérité, de ne pas chercher à tromper les juges par aucun artifice, ni par aucune exposition fausse des faits ou de la loi». De quoi susciter un certain malaise.

Autre point à prendre en considération: Pierre Maudet n’est pas en odeur de sainteté à Berne. Enfin, le magistrat PLR a perdu le soutien de la majorité du groupe PLR au Grand Conseil. Il compterait moins d’une dizaine de députés sur 28 dans ses rangs. Dans cette situation, faire voter un crédit ou faire passer un projet s’avérera plus que compliqué.

Police et prison pour Mauro Poggia

Impossible toutefois de laisser une coquille vide en guise de département à Pierre Maudet. Sur ce point, l’affaire Legrix fait jurisprudence. Privé par ses collègues de l’ensemble de ses compétences, cet ancien élu de l’exécutif de La Chaux-de-Fonds avait fait recours et la justice lui avait donné raison.

Reste que Mauro Poggia doit être un minimum déchargé. Notamment pour pouvoir hériter de l’ensemble de la politique de sécurité. Le ministre MCG s’est finalement résolu à céder l’Office cantonal de l’emploi à son collègue socialiste Thierry Apothéloz. Pierre Maudet aurait souhaité récupérer cette politique. Une option qui n’a pas convaincu le reste du collège.

Tel est donc le scénario à J-1. Mais, les discussions devraient encore aller bon train demain matin, en attendant l’annonce officielle de la nouvelle répartition, probablement dans l’après-midi. Institutionnellement, cette répartition devra ensuite passer devant le Grand Conseil.

@marie_prieur et @Raphaelleroy

Continuer la lecture

Actualité

Pierre Maudet règle ses comptes avec la présidence du PLR

Publié

le

Pour le conseiller d'Etat Pierre Maudet, le vote de soutien de la base est un message pour les présidences suisse et genevoise, à savoir que "c’est encore la base qui a le dernier mot" (archives). (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Les partisans du PLR genevois ont soutenu mardi soir à quelques voix près le conseiller d’Etat Pierre Maudet. Celui-ci estime dimanche que ce vote est un message pour les présidences suisse et genevoise, à savoir que « c’est encore la base qui a le dernier mot ».

« Le PLR a fait preuve d’une certaine forme de souveraineté populaire », explique le Genevois dans un entretien accordé au Matin Dimanche. Poursuivi pour acceptation d’un avantage, Pierre Maudet résiste depuis plusieurs mois aux pressions venues de la direction de son parti le poussant à démissionner, la présidente suisse Petra Gössi en tête.

Mais « quel serait le dégât d’image si j’étais acquitté dans six mois et que le parti m’avait forcé à démissionner? », se demande-t-il lors d’une interview avec la SonntagsZeitung. Et ces appels répétés donnent l’impression, que le parti « laisse tomber ses élus dès l’apparition de premières difficultés ». De quoi endommager autrement l’image du PLR.

« Quiconque prend la démocratie et la primauté du droit au sérieux ne démissionne pas simplement par respect pour ses électeurs avant qu’un verdict n’ait été rendu « , résume ainsi l’ancien candidat au Conseil fédéral, âgé de 40 ans. Les politiciens ont besoin de gens qui sont disposés et capables de mener des disputes difficiles.

Ampleur « disproportionnée »

Pierre Maudet regrette aussi l’ampleur « disproportionnée » que cette affaire a déjà prise. Mais il estime que c’est aussi le rôle du président du Conseil d’Etat « de mettre en lumière les vrais enjeux », en une pique à peine voilée à Antonio Hodgers.

Ce n’est pas la seule remarque que le quadragénaire énonce à l’encontre du président du collège. Selon lui, pour que la parole gouvernementale reste forte et crédible, il aurait fallu que les prises de position de M. Hodgers « restent parcimonieuses et apaisées ». Pour le reste, dit-il, « le Conseil d’Etat fonctionne. Les institutions fonctionnent ».

Maudet critique le fait qu’après douze ans au pouvoir, il n’est plus mesuré qu’à l’aune d’une évaluation erronée et d’un mensonge. « J’ai menti, et je n’aurais jamais dû faire ce voyage aux Emirats. Et, bien sûr, ma crédibilité en a souffert. Mais, à mon avis, je n’ai jamais franchi la ligne du droit pénal ». Maudet a confirmé lors des entretiens qu’il démissionnerait uniquement s’il était condamné.

Parti déchiré

L’affaire Maudet, qui empoisonne la vie politique genevoise depuis plusieurs mois, maintenant, a aussi pour conséquence de diviser profondément le PLR Genève. Mardi soir, les membres du parti se sont réunis en assemblée extraordinaire et ont accordé leur confiance, à une courte majorité, au magistrat.

Deux camps irréductibles se sont fait face. Les partisans du conseiller d’Etat ont défendu leur champion, mettant en avant son bilan et ses compétences. Les adversaires, dont une bonne partie du comité directeur du PLR Genève, ont condamné les mensonges de Pierre Maudet, estimant qu’il n’était plus capable de tenir son rang.

Cette division au sein des libéraux-radicaux genevois aura pour conséquence immédiate le départ du président du parti, Alexandre de Senarclens. Celui-ci a confirmé qu’il remettait son mandat, ne pouvant plus être au côté d’un magistrat qui n’a plus aucune considération pour sa formation politique.

Revenant sur la personnalité de M. Maudet, le président du parti a estimé que le ministre était « dans un jeu, comme au théâtre ». « Nous avons affaire à quelqu’un qui s’accroche, qui se renie lui-même », a ajouté M. de Senarclens dans le Matin Dimanche. « Il ne pense malheureusement qu’à lui. Ce qui m’interpelle est qu’il est totalement hermétique au mal qu’il cause à sa famille politique alors qu’il était auparavant un rassembleur ».

source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Antonio Hodgers craint « une tension entre le pouvoir exécutif et judiciaire »

Publié

le

Un conseiller d’Etat qui s’attaque au pouvoir judiciaire. C’est ce qui s’est passé mercredi puisque Pierre Maudet a demandé la récusation des procureurs qui se chargent de l’enquête contre lui. En cause: la transmission au Conseil d’Etat «d’éléments couverts par le secret», soit des extraits de l’audition de Pierre Maudet lui même. La contre-attaque judiciaire d’un membre du gouvernement fait réagir le président du Conseil d’état genevois. Antonio Hodgers s’inquiète des tensions entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire.

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Le président regrette aussi l’inévitable prolongement de l’instruction de l’affaire Maudet et les dégâts d’image pour Genève à Berne:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Pour rappel, le Conseil d’Etat statuera la semaine prochaine sur une nouvelle répartition des tâches au sein du collège. Le gouvernement a annoncé mercredi dans un communiqué qu’il retirerait le département de la sécurité dans son ensemble à Pierre Maudet. De là à supprimer toutes prérogatives au conseiller d’état PLR? Impossible, répond Antonio Hodgers, s’appuyant sur la jurisprudence:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Dans son communiqué, le gouvernement n’a pas mâché ses mots, estimant que le comportement « indigne » avait « porté atteinte à la crédibilité de la fonction ». Quelle est l’ambiance au sein du Conseil d’Etat? La réponse de son président:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Autant d’éléments qui invitent à se demander comment réagissent les milieux concernés par les dicastères restés aux mains de Pierre Maudet, tel que la promotion économique:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

@marie_prieur

 

Continuer la lecture