Rejoignez-nous

Politique

Poignée de main historique Trump-Kim

Publié

,

le

Donald Trump et Kim Jong-un ont échangé mardi une poignée de main historique à Singapour, la première entre un président américain en exercice et un leader nord-coréen. Ils ont ensuite entamé un sommet inédit dans l’histoire des relations entre les deux pays.

Image longtemps inimaginable, les deux hommes se sont salués devant une large rangée de drapeaux des deux pays avant de marcher ensemble sur un tapis rouge, échangeant quelques mots. Le président américain a alors dit sa conviction qu’il aurait « une relation formidable » avec Kim Jong-un.

Après cette scène observée avec attention par des millions de personnes à travers le monde, les deux hommes aux parcours et au style radicalement différents, que plus de 30 ans séparent, se sont réunis pour un tête-à-tête, en présence seulement des interprètes.

La discussion doit durer un peu moins d’une heure, si tout se passe bien. Ils seront ensuite rejoints par leurs délégations respectives pour des discussions élargies consacrées à la dénucléarisation de la Corée du Nord et à la fin des hostilités entre les deux pays.

MM. Trump et Kim participeront après à un déjeuner de travail dans l’hôtel de luxe de l’île de Sentosa, qui devrait se conclure par une conférence de presse du président américain. Kim Jong-un n’a pas dit s’il y participerait.

Les deux dirigeants ont prévu de quitter Singapour dans la journée.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Pierre Maudet règle ses comptes avec la présidence du PLR

Publié

le

Pour le conseiller d'Etat Pierre Maudet, le vote de soutien de la base est un message pour les présidences suisse et genevoise, à savoir que "c’est encore la base qui a le dernier mot" (archives). (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Les partisans du PLR genevois ont soutenu mardi soir à quelques voix près le conseiller d’Etat Pierre Maudet. Celui-ci estime dimanche que ce vote est un message pour les présidences suisse et genevoise, à savoir que « c’est encore la base qui a le dernier mot ».

« Le PLR a fait preuve d’une certaine forme de souveraineté populaire », explique le Genevois dans un entretien accordé au Matin Dimanche. Poursuivi pour acceptation d’un avantage, Pierre Maudet résiste depuis plusieurs mois aux pressions venues de la direction de son parti le poussant à démissionner, la présidente suisse Petra Gössi en tête.

Mais « quel serait le dégât d’image si j’étais acquitté dans six mois et que le parti m’avait forcé à démissionner? », se demande-t-il lors d’une interview avec la SonntagsZeitung. Et ces appels répétés donnent l’impression, que le parti « laisse tomber ses élus dès l’apparition de premières difficultés ». De quoi endommager autrement l’image du PLR.

« Quiconque prend la démocratie et la primauté du droit au sérieux ne démissionne pas simplement par respect pour ses électeurs avant qu’un verdict n’ait été rendu « , résume ainsi l’ancien candidat au Conseil fédéral, âgé de 40 ans. Les politiciens ont besoin de gens qui sont disposés et capables de mener des disputes difficiles.

Ampleur « disproportionnée »

Pierre Maudet regrette aussi l’ampleur « disproportionnée » que cette affaire a déjà prise. Mais il estime que c’est aussi le rôle du président du Conseil d’Etat « de mettre en lumière les vrais enjeux », en une pique à peine voilée à Antonio Hodgers.

Ce n’est pas la seule remarque que le quadragénaire énonce à l’encontre du président du collège. Selon lui, pour que la parole gouvernementale reste forte et crédible, il aurait fallu que les prises de position de M. Hodgers « restent parcimonieuses et apaisées ». Pour le reste, dit-il, « le Conseil d’Etat fonctionne. Les institutions fonctionnent ».

Maudet critique le fait qu’après douze ans au pouvoir, il n’est plus mesuré qu’à l’aune d’une évaluation erronée et d’un mensonge. « J’ai menti, et je n’aurais jamais dû faire ce voyage aux Emirats. Et, bien sûr, ma crédibilité en a souffert. Mais, à mon avis, je n’ai jamais franchi la ligne du droit pénal ». Maudet a confirmé lors des entretiens qu’il démissionnerait uniquement s’il était condamné.

Parti déchiré

L’affaire Maudet, qui empoisonne la vie politique genevoise depuis plusieurs mois, maintenant, a aussi pour conséquence de diviser profondément le PLR Genève. Mardi soir, les membres du parti se sont réunis en assemblée extraordinaire et ont accordé leur confiance, à une courte majorité, au magistrat.

Deux camps irréductibles se sont fait face. Les partisans du conseiller d’Etat ont défendu leur champion, mettant en avant son bilan et ses compétences. Les adversaires, dont une bonne partie du comité directeur du PLR Genève, ont condamné les mensonges de Pierre Maudet, estimant qu’il n’était plus capable de tenir son rang.

Cette division au sein des libéraux-radicaux genevois aura pour conséquence immédiate le départ du président du parti, Alexandre de Senarclens. Celui-ci a confirmé qu’il remettait son mandat, ne pouvant plus être au côté d’un magistrat qui n’a plus aucune considération pour sa formation politique.

Revenant sur la personnalité de M. Maudet, le président du parti a estimé que le ministre était « dans un jeu, comme au théâtre ». « Nous avons affaire à quelqu’un qui s’accroche, qui se renie lui-même », a ajouté M. de Senarclens dans le Matin Dimanche. « Il ne pense malheureusement qu’à lui. Ce qui m’interpelle est qu’il est totalement hermétique au mal qu’il cause à sa famille politique alors qu’il était auparavant un rassembleur ».

source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Antonio Hodgers craint « une tension entre le pouvoir exécutif et judiciaire »

Publié

le

Un conseiller d’Etat qui s’attaque au pouvoir judiciaire. C’est ce qui s’est passé mercredi puisque Pierre Maudet a demandé la récusation des procureurs qui se chargent de l’enquête contre lui. En cause: la transmission au Conseil d’Etat «d’éléments couverts par le secret», soit des extraits de l’audition de Pierre Maudet lui même. La contre-attaque judiciaire d’un membre du gouvernement fait réagir le président du Conseil d’état genevois. Antonio Hodgers s’inquiète des tensions entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire.

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Le président regrette aussi l’inévitable prolongement de l’instruction de l’affaire Maudet et les dégâts d’image pour Genève à Berne:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Pour rappel, le Conseil d’Etat statuera la semaine prochaine sur une nouvelle répartition des tâches au sein du collège. Le gouvernement a annoncé mercredi dans un communiqué qu’il retirerait le département de la sécurité dans son ensemble à Pierre Maudet. De là à supprimer toutes prérogatives au conseiller d’état PLR? Impossible, répond Antonio Hodgers, s’appuyant sur la jurisprudence:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Dans son communiqué, le gouvernement n’a pas mâché ses mots, estimant que le comportement « indigne » avait « porté atteinte à la crédibilité de la fonction ». Quelle est l’ambiance au sein du Conseil d’Etat? La réponse de son président:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Autant d’éléments qui invitent à se demander comment réagissent les milieux concernés par les dicastères restés aux mains de Pierre Maudet, tel que la promotion économique:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

@marie_prieur

 

Continuer la lecture

Actualité

En deux jours, une vingtaine de militants ont démissionné du PLR

Publié

le

Après les divisions, les démissions.

Dix-huit, c’est le nombre de démissions qu’avait enregistrées hier le PLR. Deux jours après l’assemblée générale extraordinaire de mardi, plusieurs membres du parti genevois préfèrent prendre leurs distances. Visiblement déçus par le soutien apporté à Pierre Maudet par 341 voix contre 312 et 56 abstentions.

Parmi les démissionnaires, aucun élu en poste mais des piliers. Des militants depuis des décennies pour certains. A l’image d’Antoine Orsini. L’ancien conseiller municipal du Grand-Saconnex écrit sur son blog que « les valeurs auxquelles il croit et qui l’ont amené » au PLR « ont disparu de son ADN ». L’ancien député Daniel Zaugg partage sa déception et démissionne lui aussi.

Daniel Zaugg Ancien député PLR

Il déplore la division du parti en deux camps. Les précisions de Daniel Zaugg:

Daniel Zaugg Ancien député PLR

Et l’impact de toute cette affaire sur les élections:

Daniel Zaugg Ancien député PLR

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Après une lettre anonyme, le PLR réclame des explications à Rémy Pagani

Publié

le

La lettre anonyme a été envoyée mardi soir à plusieurs conseillers municipaux de la Ville de Genève. C’est ce que révélait hier la Tribune de Genève. Ce courrier dénonce un climat délétère au sein du Département de l’aménagement et des constructions. En mai 2017, déjà, le service de l’aménagement rencontrait des difficultés. Et se retrouvait même sans personne à sa tête.

Le magistrat en charge, Rémy Pagani annonçait alors une réforme du service et des méthodes de travail. Le corbeau reproche, lui, au conseiller administratif d’avoir «supprimé toute hiérarchie». Il évoque aussi des «pressions psychologiques». Rémy Pagani dément fermement. Mais, le conseiller municipal PLR Simon Brandt veut plus d’explications:

Simon Brandt Conseiller municipal PLR

Simon Brandt regrette aussi ce nouvel épisode qui, selon lui, ne redore pas le blason de l’Exécutif:

Simon Brandt Conseiller municipal PLR

Selon les explications fournies par Rémy Pagani, le PLR, potentiellement soutenu par d’autres groupes, pourrait demander un audit des ressources humaines de son département.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Maudet demande la récusation des procureurs chargés de l’affaire

Publié

le

Pierre Maudet est mis en prévention depuis cet été. (Crédit: DR)

Après la victoire politique, la guérilla judiciaire: Pierre Maudet demande ce mercredi la récusation des trois procureurs chargés de l’enquête le concernant. Pour rappel, le conseiller d’Etat genevois est prévenu d’acceptation d’un avantage en lien avec un voyage controversé à Abu Dhabi en 2015 et la réception de dons importants – 105 000 francs – de la chaîne hôtelière Manotel.

L’avocat de Pierre Maudet a indiqué sur Twitter que cette demande de récusation était en lien avec la transmission par le Parquet des extraits d’un procès-verbal d’audition au Conseil d’Etat genevois le 9 janvier dernier. Grégoire Mangeat parle d’un « acte de violence institutionnelle totalement inadmissible ».

Avis de droit 

« Monsieur Pierre Maudet demande la récusation des procureurs ayant concouru à cette transmission d’éléments couverts par le secret », écrit le conseil. Dans le viseur de l’avocat se trouvent le procureur général Olivier Jornot et ses deux premiers procureurs Stéphane Grodecki et Yves Bertossa.

Pour étayer cette contre-offensive, Me Grégoire Mangeat explique avoir demandé un avis de droit au professeur Marc Thommen de la Faculté de droit de l’Université de Zurich. Selon ce dernier, « la communication des extraits en question, mais aussi le courrier du MP (Ministère public, ndlr) les accompagnant et contenant lui-même des faits couverts par le secret, pourraient être constitutifs d’une violation du secret de fonction. Selon ce même professeur, les bases légales invoquées à l’appui de la communication litigieuse ne sont pas applicables ». Avant d’ajouter: « Monsieur Maudet appréciera les éventuelles conséquences pénales de ce courrier, étant précisé que l’infraction en question est poursuivie d’office ».

Délocalisation de la procédure?

Enfin, Me Grégoire Mangeat indique réfléchir à demander, même en l’absence de base légale cantonale, le « dépaysement de l’instruction, hors du canton, voire devant le MPC (Ministère public de la Confédération, ndlr), si l’impartialité du MP genevois et la présomption d’innocence devaient ne plus pouvoir être garanties très strictement dans cette procédure ».

@raphaelleroy

Continuer la lecture