Choisissez votre radio
Connect with us

Le compromis AVS/impôts au Conseil des Etats

Publicité

Politique

Le compromis AVS/impôts au Conseil des Etats

Un compromis de grande ampleur pourrait sauver la réforme de l’imposition des entreprises d’un nouveau naufrage. Le Conseil des Etats débat jeudi d’une mouture incluant le financement de l’AVS et faisant des concessions à la gauche, à l’économie et à Zurich.

La réforme est importante et urgente, mais elle menace aussi de s’écrouler. Le projet initialement proposé n’était pas équilibré. Il fallait donc trouver un compromis, a fait valoir Pirmin Bischof (PDC/SO), au nom de la commission à l’origine de la nouvelle mouture.

Le PS n’a pas de quoi jubiler, selon son président, le Fribourgeois Christian Levrat. Mais un équilibre défendable a pu être trouvé entre un volet fiscal profitant aux plus aisés et un volet social profitant d’abord aux milieux populaires. Et Anita Fetz (PS/BS) de mettre en garde le National: il ne faudra pas franchir la ligne rouge cet automne.

Deux volets

Les avantages et inconvénients du compromis ne sont pas les mêmes pour la droite. La solution proposée peut faire grincer des dents mais elle est capable de rallier une majorité, a estimé Martin Schmid (PLR/GR). Un échec serait encore pire, a ajouté son collègue appenzellois Andrea Caroni.

Les critiques les plus fortes sont venues de la droite dure qui ne veut pas lier fiscalité des entreprises et AVS. “Une absurdité et une faute”, a lancé Thomas Minder (sans parti/SH). On ne fait que réunir deux projets dont les anciennes moutures ont échoué devant le peuple, selon Peter Föhn (UDC/SZ). Et d’appeler le National à corriger le tir.

Ce n’est pas une heure gloire de la démocratie, mais la voie choisie est pragmatique, a jugé, plus nuancé, Hannes Germann (UDC/SH). Revenant sur l’unité de la matière, Konrad Graber (PDC/LU) s’est étonné que personne n’ait soulevé le problème face à la copie du Conseil fédéral.

Le gouvernement avait déjà pris en compte la nécessité d’ajouter un volet social à la réforme après l’échec de la RIE III devant le peuple en février 2017. Il souhaitait miser sur une hausse des allocations familiales. En Suisse romande, elle n’aurait concerné que Neuchâtel.

Renflouer l’AVS

Le compromis voit plus large et intégre l’AVS. Le concept prévoit que chaque franc d’impôt perdu par la Confédération, les cantons ou les communes via l’imposition des entreprises devrait être “compensé” par un franc au profit du 1er pilier.

Soit 2 milliards de francs pour l’AVS à ce stade des discussions. Une telle proposition permettra de calmer un moment les débats sur la réforme de l’assurance et de garantir un répit de trois à quatre ans dans la fonte du capital du 1er pilier.

Tout le monde ou presque devra passer à la caisse: les employés et les employeurs via une hausse du taux de cotisation salariale ainsi que la Confédération, qui relèvera progressivement sa contribution à l’AVS en fonction des répercussions de la réforme. L’intégralité du pour-cent démographique de la TVA irait quant à lui à l’AVS.

Selon Pirmin Bischof, il ne s’agit à ce stade que de parler financement et pas de retouches au système. La réforme préparée par Alain Berset devrait être prochainement mise en consultation puis soumise au Parlement.

Dividende

Le grand marché passé en commission ne s’arrête pas là. Une concession a été faite à la droite et à l’économie, concernant la hausse de la base d’imposition des dividendes. Le Conseil fédéral voulait 70% pour toutes les collectivités publiques.

Seule la Confédération devrait afficher ce taux. Au niveau cantonal, ce ne devrait être que 50%. Seuls quatre cantons seraient concernés (UR,GL,AI,AG). La gauche et la droite vont toutefois batailler à la Chambre des cantons pour faire pencher la balance de leur côté, la première en soutenant la proposition initiale du gouvernement, le seconde en refusant toute hausse.

Apport en capital

La concession faite à la gauche porte sur le principe de l’apport sur le capital introduit en 2011 par la précédente réforme. Des milliards peuvent être distribués francs d’impôts aux actionnaires. La gauche n’a eu de cesse de critiquer cette mesure.

Une limite devrait être posée: les entreprises cotées en bourse ne devraient pouvoir recourir à cette pratique que si elles distribuent des dividendes imposables pour un montant équivalent. La gauche va essayer d’obtenir davantage. Le concept pourrait être affiné au National.

La dernière concession concerne Zurich. Ce canton n’avait pas apprécié que le Conseil fédéral laisse tomber les très décriés intérêts notionnels (déduction d’intérêts fictifs). Une solution de déduction pour autofinancement taillée sur mesure pour Zurich a été préparée. Facultative, elle est destinée aux cantons à forte fiscalité.

Les débats se poursuivent.

(Source ATS / Photo: GAETAN BALLY)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Politique

Publicité

Populaire

Publicité

Retrouvez Radio Lac sur tous les supports

écrans
To Top