Rejoignez-nous

Actualité

Penser à se protéger du soleil même au ski

Publié

,

le

Bientôt les vacances, vous êtes nombreux à en profiter pour aller skier mais pensez à vous protéger du soleil.

Oui parce quand on monte en altitude la couche d’ozone diminue et l’intensité des rayons UV augmente. Il faut donc protéger toutes les parties du corps qui ne sont pas recouvertes par des vêtements.

La neige décuple le rayonnement UV

L’or blanc réfléchit jusqu’à 90% de la lumière du soleil ce qui multiplie donc quasiment par deux l’intensité des UV. Il faut donc se protéger. Ce qui veut dire crème solaire, mettre un bonnet et également porter des lunettes de soleil. Pour les lunettes de soleil, il faut veiller à avoir des lunettes avec une protection jusqu’à 400 nanomètres, et qui sont labellisées CE. Une protection essentielle car la peau n’oublie rien et cela peut se manifester par un cancer de la peau, le mélanome et d’autres types de cancer de la peau plus fréquents et qui sont, moins dangereux dans le sens ou on peut assez facilement les soigner. Et se protéger permet aussi de réduire le risque de vieillissement cutané, précoce.

Pensez à vous protéger même s’il y a des nuages car oui la peau est attaquée même par temps nuageux.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

« Dans les cafés, les gens veulent lire sur support papier, pas sur écran »

Publié

le

L'équipe de Micro en séance de rédaction. Fabien Feissli (3e à droite) est le fondateur du tri-hebdomadaire

C’est une première victoire. Hier, le journal Micro a atteint son objectif. Soit 90 000 francs récoltés grâce à une campagne de financement participatif. Cet argent va permettre de lancer ce journal tri-hebdomadaire en mai prochain. Les fonds paieront l’impression de 1000 exemplaires imprimés et livrés durant quatre mois.

Des exemplaires de Micro qui s’adressent principalement aux clients des bistrots et des cafés. Le crowfunding continue sur la plateforme « heroslocaux.ch ». L’objectif: atteindre 250 000 francs qui permettrait au titre de démarrer sereinement. Ce montant assurerait le financement des douze premiers mois du journal.

Pour en parler, Fabien Feissli, ancien du Matin et fondateur de Micro, était ce matin l’invité de la Radio Lac Matin:

Fabien Feissli Fondateur de Micro

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Le journal « Micro » a réuni 90’000 francs

Publié

le

Fabien Feissli, cofondateur, présente "Micro" lors de la pésentation du projet (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La rédaction du journal « Micro » a réuni 90’000 francs trois semaines après le lancement du financement participatif. Ce montant était le minimum visé pour lancer le trihebdomadaire distribué dans les cafés-restaurants romands dès le mois de mai.

« Nous sommes très heureux d’avoir franchi cette première étape cruciale », indique Fabien Feissli, cofondateur de Micro, dans un communiqué. Pour l’équipe, le prochain défi est de réunir le plus grand nombre d’abonnements possibles parmi les restaurateurs d’ici le début mai, ajoute l’ancien journaliste du Matin, dans un communiqué diffusé dimanche.

Le financement participatif se poursuit sur la plateforme « heroslocaux.ch ». L’objectif de Micro est de rassembler au moins 250’000 francs qui permettrait au titre de démarrer sereinement. Ce montant assurerait le financement des douze premiers mois du journal, hors rémunération de la rédaction.

Micro a pour ambition de faire la part belle aux personnalités, aux belles histoires et aux initiatives constructives en Suisse romande, en allant à la rencontre de la population. Le journal souhaite aussi créer une communauté autour des cafés-restaurants où le titre sera à la disposition des consommateurs. La rédaction prévoit de tenir ses séances dans ces établissements, avec la participation du public intéressé.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Revue de presse de ce dimanche 17 février 2019

Publié

le

L’ex-chef de CarPostal Daniel Landolf et son ex-chef des finances risquent jusqu'à 5 ans de prison et une amende allant jusqu’à 30'000 francs (archives). (©KEYSTONE/MANUEL LOPEZ)

La presse helvétique parle ce dimanche d’une firme bâloise qui livre des substances chimiques à double usage en Syrie et d’implants mammaires pas si inoffensifs. Elle revient aussi sur le scandale de CarPostal:

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: L’entreprise chimique bâloise Brenntag Schweizerhall a fourni à des partenaires du président syrien Bachar al-Assad des substances pouvant servir à créer des armes chimiques. La société a livré cinq tonnes d’isopropanol et 280 kilos de diéthylamine en Syrie en 2014, rapporte dimanche la cellule enquête de Tamedia. Ces deux substances peuvent être utilisées pour fabriquer des armes chimiques comme le Sarin ou le VR (substance 33), un agent neurotoxique développé par des scientifiques russes. La firme bâloise martèle que l’exportation était légale.

Elle affirme que ces substances chimiques étaient destinées à une société partenaire du géant bâlois Novartis en Syrie qui les utilise pour fabriquer notamment des crèmes anti-inflammatoires. C’est que les deux substances ont cette particularité de faire double usage. Le Secrétariat d’Etat à l’Economie (SECO), chargé du contrôle des exportations, a néanmoins approuvé la livraison, selon un document que les journaux ont pu consulter, sachant pourtant que le directeur de la firme syrienne entretenait des relations avérées avec des personnes et entreprises proches du régime d’Assad figurant sur la liste des sanctions suisses.

Le Matin Dimanche / SonntagsZeitung: L’ex-chef de CarPostal Daniel Landolf et son ex-chef des finances risquent jusqu’à 5 ans de prison et une amende allant jusqu’à 30’000 francs. Après onze mois d’enquête, la police fédérale (Fedpol) a ouvert une enquête contre les deux hommes pour avoir « astucieusement obtenu des prestations des pouvoirs publics », rapportent Le Matin Dimanche et le SonntagsZeitung citant la porte-parole de Fedpol. D’autres responsables de La Poste pourraient aussi être mis en cause. Fedpol n’a toutefois pas souhaité commenter davantage cette affaire toujours en cours. Le scandale de CarPostal a éclaté en février 2018, lorsque l’Office fédéral des transports a découvert que la filiale de La Poste avait perçu indûment entre 2007 et 2015 quelque 205 millions de francs de subventions communales, cantonales et fédérales. L’affaire a mené à plusieurs démissions notamment celle de la cheffe de la Poste Susanne Ruoff.

Implants et cancer

NZZ am Sonntag: En Suisse aussi, des femmes ont développé un cancer en raison de leurs implants mammaires. L’autorité de surveillance Swissmedic parlent de quatre patientes concernées; la société suisse de chirurgie plastique rapporte cinq cas, affirme la NZZ am Sonntag. Les autorités sanitaires ont identifié dans le monde 660 cas de cancer dont le développement est attribuable aux implants mammaires. Neuf femmes sont mortes de tumeurs ayant affecté les ganglions lymphatiques, les poumons ou le foie. Pendant des décennies, ce type d’implants a été considéré comme inoffensif. « Il y a beaucoup d’indices qui pointent vers un risque accru pour les porteuses d’implants mammaires. Mais nous ne connaissons pas encore le lien exact « , explique au journal Ulrike Meyer, chercheuse chez Swissmedic. Les autorités discuteraient actuellement de la possibilité de restreindre l’utilisation de ces prothèses. L’UE a créé un groupe de travail international chargé d’enquêter sur ces différents cas. La Suisse y participe en qualité d’observatrice.

NZZ am Sonntag: Bien qu’ils aient quelques réserves sur le projet, les principaux représentants des cantons sont de manière générale favorables à un accord-cadre entre la Suisse et l’Union européenne, indique la NZZ am Sonntag, citant un document confidentiel. Vendredi, la commission présidant la Conférence des gouvernements cantonaux s’est mise d’accord sur une position et l’a transmise à tous les gouvernements cantonaux pour commentaires. Ainsi, ils confirment qu' »il est dans l’intérêt politique et économique de notre pays d’approfondir la coopération avec l’UE dans certains domaines ». Ils constatent aussi que le projet de traité remplit les conditions des cantons dans plusieurs domaines, tels que l’adoption du droit de l’UE ou la procédure de règlement des différends.

Toutefois, ils soutiennent qu’il est « inacceptable » en matière des aides d’État que Bruxelles veuille établir des règles pour des domaines qui ne font pas partie des traités bilatéraux. En outre, les cantons insistent sur le fait que la directive citoyenne de l’UE n’a pas besoin d’être adoptée. Les mesures d’accompagnement sur la libre circulation des personnes devraient tenir compte des « préoccupations légitimes des partenaires sociaux » en matière de protection salariale, estiment-ils aussi. En mars, le Conseil fédéral entend consulter les partis, les associations et les cantons sur le projet d’accord-cadre avec l’UE.

Affaire Maudet: l’association de soutien ne payait pas d’impôts

Le Matin Dimanche: L’association de soutien qui finançait les campagnes de Pierre Maudet entre 2012 et 2018, ne payait pas d’impôts. C’est ce qui se dégage des extraits de comptes que le journal s’est procurés. Or pour obtenir une exemption, il faut remplir des conditions précises, notamment être d’utilité publique, qui ne sont pas remplies dans ce cas, soulignent des experts fiscalistes, interrogés par l’hebdomadaire romand. Contacté, Pierre Maudet explique que la situation fiscale de l’association est « en cours d’analyse ».

Le Matin Dimanche: La Secrétaire générale de la Fédération romande des consommateurs (FRC) Sophie Michaud Gigon souhaite siéger au Conseil national sous l’étiquette des Verts. Un moyen pour la faîtière de peser davantage dans les débats. Son employeur a donné son accord, une première, rapporte Le Matin Dimanche. L’indépendance de la FRC est chère à la Vaudoise « mais nous avons dû constater que pour défendre au mieux les intérêts des consommateurs, il fallait procéder comme d’autres organisations, à savoir faire du lobbying à l’intérieur du Parlement. L’Union suisse des paysans démontre l’efficacité d’une telle méthode », explique celle qui est conseillère communale à Lausanne depuis onze dans un entretien avec l’hebdomadaire.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Les « gilets jaunes » de retour dans la rue

Publié

le

Vers 11h00, plusieurs centaines de manifestants vêtus de l'emblématique gilet jaune étaient rassemblés dans le calme à Paris. (©KEYSTONE/EPA/JULIEN DE ROSA)

Trois mois de manifestations, un mouvement toujours aussi éparpillé et un début de lassitude qui gagne l’opinion. Pour leur acte 14, les « gilets jaunes » veulent agir tous azimuts samedi et dimanche avec des moyens d’action et des mots d’ordre parfois différents.

Vers 11h00, plusieurs centaines de manifestants vêtus de l’emblématique gilet jaune étaient rassemblés dans le calme à Paris, sur la place de l’Etoile en haut des Champs-Elysées, a constaté un journaliste de l’AFP.

« J’ai fait 12 des 14 actes. J’en peux plus de ce système pourri », affirme Christophe, 44 ans, venu des Yvelines. « Regardez le dernier exemple, Juppé a été jugé et condamné et il vient d’être nommé au Conseil Constitutionnel », ajoute cet employé d’une grande entreprise de transports, « choqué » par « le mépris de Macron ».

Le rassemblement, placé sous haute surveillance des gendarmes mobiles, se déroulait dans une ambiance bon enfant, malgré quelques sifflets et fumigènes et des chants hostiles (« Emmanuel Macron, on vient te chercher chez toi »).

En Meurthe-et-Moselle, des « gilets jaunes » étaient, eux, de retour sur les ronds-points, notamment à Pont-à-Mousson, Lunéville ou Essey-lès-Nancy. « Aucun blocage, ni filtrage ne sera toléré », a toutefois indiqué la préfecture. A Strasbourg, 110 « gilets jaunes » participaient à l’unique rassemblement prévu samedi matin, selon la police.

Mobilisation en baisse

Les chiffres du gouvernement, qui a recensé 51’400 manifestants en France lors de l’acte 13, esquissent une décrue de la mobilisation ces dernières semaines. Un affaiblissement toutefois contesté par le mouvement, qui concède seulement une stagnation de ses forces en revendiquant la présence de 118’000 manifestants samedi dernier.

Lancée le 17 novembre, cette contestation inédite voit également le large soutien populaire dont elle bénéficiait s’effriter: pour la première fois, une majorité de Français (56%) souhaitent que la mobilisation s’arrête, selon un sondage Elabe diffusé mercredi.

Et presque deux tiers des sondés (64%) pensent que les manifestations hebdomadaires « se sont éloignées des revendications initiales du mouvement », centrées notamment sur le pouvoir d’achat, la démocratie directe et les prix du carburant.

Malgré ces signes de lassitude, beaucoup de « gilets jaunes » ne veulent « rien lâcher ». Les modalités d’action font en revanche l’objet de nombreux débats, au sein d’un mouvement protéiforme qui a fragilisé l’exécutif et l’a contraint à faire des concessions et à lancer un grand débat pour tenter de sortir de la crise.

Des mobilisations sont prévues à Paris, Bordeaux et Toulouse, Marseille, Lyon, Nantes et Lille pour n’en citer que quelques-unes.

Dialogue de sourds

Entre le gouvernement occupé à faire la promotion de son grand débat et les manifestants qui dénoncent une consultation de façade, le dialogue de sourds se poursuit.

« Ce mouvement ne revendique plus rien », a estimé jeudi le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, autre cible de choix des manifestants, en ironisant: « Il revendique de faire une manifestation pour commémorer ses propres trois mois. »

« Je ne vois pas pourquoi on s’arrêterait, on ne nous écoute pas », rétorque Chantal, porte-parole des « gilets jaunes » à Marseille. « On débat à notre place, mais nous, depuis novembre, on sait ce qu’on veut: du concret, c’est-à-dire une hausse du pouvoir d’achat et plus de services publics. »

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Le PLR change d’avis sur la loi sur le CO2

Publié

le

"Nous voulons une politique climatique efficace", argue la présidente du PLR Petra Gössi dans une interview publiée samedi dans les journaux alémaniques de Tamedia (archives). (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le PLR change de cap concernant la loi sur le CO2, annonce samedi la présidente du parti Petra Gössi. Le parti est prêt à se montrer plus accommodant en ne s’opposant ni à la taxe sur les billets d’avion ni à l’inscription d’objectifs nationaux.

C’est que « nous voulons une politique climatique efficace », argue Petra Gössi dans une interview publiée samedi dans les journaux alémaniques de Tamedia pour expliquer ce changement de stratégie. « Nous ne nous opposerons pas à une taxe sur les billets d’avion, si cela peut aider la gauche à ne pas rejeter une nouvelle fois tout le projet », détaille Petra Gössi.

Le PLR évaluera toutefois la situation à la fin des débats, glisse la Schwytzoise.

Au Conseil des Etats

Le Conseil national a rejeté en décembre un projet de loi sur le CO2 qui devait permettre de respecter les engagements de l’Accord de Paris sur le climat. UDC et PLR avaient notamment pesé de tout leur poids pour ne pas inscrire d’objectifs nationaux de réduction d’émission de CO2. Tous deux souhaitaient plutôt aider financièrement les autres pays à réduire leurs émissions en achetant des certificats d’émission.

La gauche avait voté contre le projet, arguant que les propositions des deux partis l’avaient vidé de sa substance. Seuls le PDC et le PLR avaient soutenu le texte.

La balle est désormais dans le camp du Conseil des Etats qui a la possibilité de corriger le tir. Mardi, sa commission de l’environnement a estimé que la Suisse devrait réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 50%, d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Elle estime aussi que la part minimale de la réduction à réaliser en Suisse devrait s’élever à 60%.

Consultation interne

Dans cet entretien Petra Gössi annonce aussi un débat interne au parti sur la politique climatique. Il est ainsi prévu que le PLR mène un sondage auprès de ses 120’000 membres au cours des prochaines semaines.

« Nous voulons savoir quels sont les objectifs qui importent le plus à la base », explique la Schwytzoise. L’enquête vise à clarifier la position du PLR en matière de politique environnementale. Pour la présidente du parti, deux choses sont déjà claires: « nous soutenons la transition énergétique et ne voulons pas de nouvelles centrales nucléaires ».

Source ATS

Continuer la lecture