Choisissez votre radio
Connect with us

L’enquête sur les abus sexuels à l’école prend un mauvais départ

Publicité

Actualité

L’enquête sur les abus sexuels à l’école prend un mauvais départ

L’enquête sur les abus sexuels à l’école prend un mauvais départ

A Genève l’enquête indépendante sur l’affaire Ramadan part d’un mauvais pied.

L’enquête sur les affaires d’abus sexuel qui ont secoué l’école publique genevoise prend un mauvais départ, selon la Tribune de Genève. Les deux experts indépendants nommés spécialement pour enquêter notamment sur l’affaire Ramadan, le 21 mars dernier, seraient sur le point de livrer leur rapport intermédiaire. Mais aucune victime n’a encore été entendue, selon le quotidien. Les experts auraient bien contacté plusieurs victimes présumées mais la question de la protection de leur identité se pose. Surtout au vu des menaces auxquelles doivent faire face les dénonciatrices de Tariq Ramadan, en France. Une situation qui irrite la députée démocrate-chrétienne au Grand Conseil, Anne-Marie von Arx-Vernon.

Anne-Marie von Arx-Vernon Députée PDC au Grand Conseil genevois

Selon l’un des deux experts indépendants interrogés, les victimes peuvent contacter la directrice de la communication du Département présidentiel, Florence Noël. Une aberration pour Anne-Marie von Arx-Vernon.

Anne-Marie von Arx-Vernon Députée PDC au Grand Conseil genevois

Contacté, le Comité contre le harcèlement sexuel, dit faire les mêmes constats pour les récentes victimes d’abus sexuel au collège de Saussure: des témoins non-entendus, des délais d’attente trop longs, des procédures opaques. Le comité va interpeller le Conseil d’Etat, très prochainement.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité

Publicité

Populaire

Publicité

Retrouvez Radio Lac sur tous les supports

écrans
To Top