Rejoignez-nous

Actualité

L’actualité politique avec Vincent Maitre

Publié

,

le

Le député genevois PDC Vincent Maitre était l’invité de Guillaume Renevey ce 4 octobre.

Lutter contre le poids politique des assureurs maladie. C’est l’objectif d’une initiative qui vient d’être lancée. Vincent Maitre fait partie de ceux qui portent le texte à Genève. L’occasion pour le député démocrate chrétien de répondre aux auditrices et aux auditeurs de Radio LAC autour de cette thématique. L’intégralité de l’entretien est à retrouver ci-dessous:

Vincent Maitre Député PDC à Genève

L’Actualité politique tous les matins dès 7h37 sur Radio LAC.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

12 ans de prison pour avoir tué son amante à La Plaine

Publié

le

Le Tribunal criminel a jugé odieux la façon dont l'accusé a poignardé son amante, estimant qu'il s'agissait bel et bien d'un assassinat (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Tribunal criminel de Genève a condamné vendredi un homme de 41 ans à 12 ans de prison. Le prévenu a été reconnu coupable de l’assassinat de son amante, en janvier 2016, à La Plaine (GE). Il lui avait asséné 13 coups de couteau.

« Votre faute est très lourde », a déclaré, s’adressant à ce mécanicien auto de formation, le président du tribunal François Haddad. La cour a retenu le mobile particulièrement odieux et futile qui a poussé le prévenu à tuer. L’accusé voulait empêcher sa maîtresse de 49 ans de révéler leur relation à sa compagne de l’époque.

Poignardée par surprise

Pour le tribunal, le prévenu a agi par pur égoïsme, pour s’épargner un désagrément, alors qu’il était lui-même responsable de la situation. Lorsqu’il s’est rendu à l’appartement de sa victime, il n’a pas privilégié le dialogue. Il l’a frappé avec un couteau qu’il était allé chercher à la cuisine en la prenant par surprise.

Il a ensuite poignardé son amante encore 12 fois. Il « s’est acharné sur elle » et la victime, qui s’est vidée de son sang, a dû se voir mourir durant longues minutes, a souligné le tribunal dans son jugement. Le prévenu s’en est pris à une femme sans défense, qui lui faisait confiance et qui l’avait aimé.

Une personnalité borderline

A la décharge de l’accusé, les juges ont noté l’excellente collaboration dont il a fait preuve durant la procédure, sa prise de conscience de la gravité de son acte ainsi que sa volonté faiblement restreinte telle que l’ont décrite les experts chargés d’analyser sa personnalité, qualifiée de borderline.

Le Tribunal criminel a retenu la circonstance aggravante de l’assassinat et n’a pas suivi la défense qui avait plaidé pour une condamnation pour meurtre. Vincent Spira ne savait pas à l’issue de l’audience de jugement si un recours allait être déposé contre le verdict.

« Cette question mérite réflexion », car, selon l’avocat, la peine qui a été infligée « n’apparaît pas comme excessive ou disproportionnée » par rapport au crime qui a été commis. Laura Santonino, l’avocate de la fille de la victime, s’est, pour sa part, montrée satisfaite du jugement, « qui prend en compte l’atrocité de ce qui s’est passé ».

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Trams transfrontaliers: Le temps presse!

Publié

le

A Genève toujours, la Cour des comptes s’est penché cette fois sur les trams transfrontaliers. On parle de quatre projets: le prolongement des lignes genevoises en direction d’Annemasse, de Saint-Julien-en-Genevois, de Ferney-Voltaire et de Saint-Genis-Pouilly. Soit tout de même 600 millions d’investissements suisses. La Cour des comptes s’est surtout intéressée au pilotage et à l’état d’avancement du tram de Saint-Julien. Un projet qui représente 300 millions à lui tout seul. La Cour des comptes présentait vendredi matin cet audit. Est-il sévère?

Marie Prieur

Pas tant que cela. En résumé: c’est un “pas trop mal mais peut mieux faire!” La cour des comptes relève des points positifs comme le fait que les instances de décisions sont appropriés. Mais, le gros point noir, c’est la difficulté de la mise en oeuvre. Et pourtant, le temps presse!

Pour rappel, ces projets de trams transfrontaliers s’inscrivent dans le cadre du développement de l’agglomération franco-genevoise. Ce qu’on appelle le Grand Genève. Or, dans cette espace géographique qui comprend le canton de Genève, le pourtour français et la région de Nyon, la population va augmenter. Selon les prévisions, ce sera 100 000 habitants de plus d’ici 2030. Ca fait tout de même 350 000 déplacements supplémentaires à gérer par jour. D’où la nécessité de mettre les bouchées doubles pour réaliser les infrastructures.

Pour le tram d’Annemasse, c’est en bonne voie. Il y a 10 jours, on assistait à la pose du premier rail juste après la douane de Moillesulaz. Pour les autres trams en revanche, les chantiers sont loin de commencer. Pour la ligne 15, celle qui a retenu l’attention de la cour des comptes et qui reliera donc Genève à Saint-Julien, la date de mise en service est passée de 2021 à 2024. Le problème, comme l’explique Matthieu Baradel, chef de projet genevois du Grand Genève, c’est que ces projets sont complexes:

Matthieu Baradel Chef de projet Grand Genève

Reste que si Genève ne rattrape pas son retard dans la réalisation des projets qui étaient prévus dans les projets d’agglomérations 1 et 2, les subventions de Berne pourraient bien lui passer sous le nez. On parle de plusieurs dizaines de millions. Mais, Matthieu Baradel, le chef de projet, se veut confiant:

Matthieu Baradel Chef de projet Grand Genève

Pour atteindre cet objectif, la cour des comptes fait plusieurs recommandations. La première: renforcer le pilotage transversal des dossiers. Eviter en gros que le projet passe d’un département à l’autre sans concertation et sans suivi. Seconde recommandation: revoir les priorités. Les explications d’Isabelle Terrier, magistrate à la Cour des comptes et auteure de l’audit:

Isabelle Terrier Magistrate à la Cour des comptes

Une modification de la loi cantonale sera aussi nécessaire pour assurer le financement cantonal des infrastructures. Il faut supprimer le plafond d’investissement fixé à 70 millions. Autant de travail pour les fonctionnaires en attendant que les ouvriers puissent entrer en action.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Fermeture des bars genevois: près de 1500 emplois sont menacés

Publié

le

Coup de gueule des syndicats genevois après la fermeture d’une vingtaine de restaurants cette semaine. Plus de 1500 employés seraient menacés de perdre leur emploi, selon eux.

A Genève, les syndicats des employés de la restauration, SIT en tête, regrettent que les autorités n’aient pas cherché la voie de la concertation avant de décider de la fermeture de 280 restaurants. Ils réclament une rencontre d’urgence avec le Conseiller d’Etat chargé du département de la sécurité Mauro Poggia. Hier l’ATS annonçait qu’une vingtaine d’établissements avaient déjà été fermés.

 1500 personnes, c’est le nombre d’employés touchés par les patrons qui ont dû mettre la clé sous la porte cette semaine, estime le SIT et SYNA. Les syndicats s’inquiètent du futur de ces employés après la décision du département de sanctionner les établissements pour non-respect de la loi. Ils réclament trois mesures pour accompagner les 280 fermetures programmées:

La constitution d’une bourse à l’emploi pour que les serveurs et serveuses puissent rapidement retrouver un travail, la création d’un guichet spécial auprès duquel ils pourraient s’adresser pour obtenir une indemnité de l’Etat. Et enfin la mise sur pied d’un canal d’annonce par lequel le département de la sécurité informerait les partenaires sociaux.

Les syndicats prétendent pourtant soutenir la nouvelle loi, la LRDBHD entrée en vigueur en 2016.

Ils estiment qu’elle permettra, à terme, d’obtenir de meilleures conditions de travail pour les employés. Les employeurs doivent, pour obtenir une autorisation d’exploiter démontrer qu’ils paient les charges sociales des employés. Un secteur où souvent, les patrons ne déclarent pas ou pas entièrement leur personnel. Mais ils estiment que jeter les gens dehors en fermant purement et simplement les cafés et restaurants les plonge dans la précarité.

En effet, pour s’inscrire au chômage, ils devront fournir leur dernière attestation de salaire, ce qui est impossible s’ils ne sont pas déclarés. Ils devront également obtenir une attestation de leur employeur. Qu’ils ne pourront pas peut-être pas fournir… Le SIT rappelle que la convention de travail du secteur prévoit un salaire minimal très bas de 3400 francs brut par mois. Selon lui, un cinquième des patrons genevois ne paieraient pas les heures supplémentaires de ses serveurs et deux sur cinq ne respecterait pas la CCT.

D’où la demande des syndicats de créer un guichet spécial pour les établissements concernés par les fermeture. Afin que les employés puissent se retourner. A voir si Mauro Poggia entendra leurs demandes.

Le SIT organise une réunion à l’attention du personnel de la restauration le mercredi 24 octobre à 15 heures.

Continuer la lecture

Actualité

La révolte gronde chez easyJet Suisse: mobilisation à Genève

Publié

le

Le personnel de cabine d'Easyjet en Suisse s'insurge contre les conditions de travail (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les tensions sont montées d’un cran ces derniers jours entre la direction de la compagnie aérienne à bas coûts Easyjet et son personnel de cabine en Suisse.

Partenaire social du transporteur en vertu d’une convention collective de travail (CCT), le syndicat SSP dénonce la détérioration des conditions de travail et la « surdité de la direction ».

« L’été 2018 a été le pire que le personnel navigant d’Easyjet a vécu », s’insurge le syndicat vendredi par voie de communiqué, pointant du doigt l’augmentation du nombre de rotations, les pressions sur le personnel et « des salaires insuffisants pour vivre en Suisse ».

La dernière séance de négociations entre les deux parties a échoué le 18 octobre. « Après avoir tenté d’alerter, sans succès, son management direct, le personnel de cabine d’Easyjet Suisse se mobilise pour ses revendications », indique le communiqué.

Une pétition et une manifestation organisées en septembre n’ont vraisemblablement pas fait fléchir la direction, qui fait « la sourde oreille face aux revendications du personnel et se cache derrière ses dirigeants londoniens ». Le syndicat prévient que « la fin de l’année risque d’être chaude ».

Selon le communiqué du SSP, Easyjet emploie en Suisse plus de 600 personnes en cabine réparties entre ses deux hubs de Genève et de Bâle, où sont basés respectivement 14 et 11 des appareils de sa flotte.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Pas d’exposition « Real Human Bodies » à Lausanne

Publié

le

L'interdiction de l'exposition prévue à Beaulieu "Real Human Bodies" est confirmée par la justice vaudoise (archives). (©KEYSTONE/MARCEL BIERI)

L’exposition controversée « Real Human Bodies » ne se tiendra pas au Palais de Beaulieu à Lausanne ce week-end. Le Tribunal cantonal a confirmé l’interdiction prononcée par la ville.

Le tribunal rejette le recours des organisateurs. Dans un communiqué diffusé vendredi, il estime que la municipalité pouvait interdire la tenue de l’exposition « compte tenu de l’absence d’informations » sur l’origine des corps présentés.

La municipalité de Lausanne « était fondée à demander à l’organisateur des informations complémentaires » vu le large pouvoir d’appréciation dont elle dispose. Comme elle n’en a pas obtenu, la décision d’interdiction était « conforme au règlement communal et au principe de la proportionnalité ».

Source ATS

Continuer la lecture