Choisissez votre radio
Connect with us

Eboulement en Italie: deux victimes suisses

Publicité

Culture et Société

Eboulement en Italie: deux victimes suisses

Les habitants du Val Vigezzo, entre Domodossola (I) et la frontière tessinoise, sont en colère. Ils ont accusé lundi les autorités italiennes de n’avoir rien entrepris pour sécuriser la route 337. Deux Suisses de la région de Locarno (TI) ont péri dans l’éboulement.

Il s’agit d’un couple de nationalité suisse, a confirmé lundi après-midi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). L’homme et la femme étaient âgés de 55 et 53 ans. Ils venaient de quitter le hameau de Meis (I) quand leur voiture a été emportée par une masse de terre et de rochers.

Lundi, les forces d’intervention recherchaient toujours d’éventuelles victimes. Des chiens ont été engagés sur le terrain. Les autorités craignaient des éboulis supplémentaires. Elles ont fait évacuer la région par mesure de précaution.

La ligne ferroviaire reliant Locarno à Domodossola par cette vallée est toujours interrompue entre Re (I) et Camedo (TI). Les trains régionaux et la “Centovallina” ne circulent ainsi plus que sur les tronçons praticables, soit entre Domodossola et RE, ainsi qu’entre Locarno et Camedo. Les CFF proposeront des bus de remplacement dès que la route 337 sera dégagée.

Citoyens en colère

Les éboulements sont courants sur la 337. Lundi, plusieurs citoyens du côté italien ont manifesté leur colère. “Nous luttons depuis des années pour que la route soit définitivement sécurisée”, a déclaré le maire de Re, Oreste Pastore. Selon lui, ces nouveaux morts sont à mettre sur le compte de l’immobilisme des pouvoirs publics.

“Il est temps de dire basta”, a renchéri Antonio Locatelli, chef de l’organe de coordination des frontaliers, auprès de l’agence de presse italienne ansa. “Nous demandons la sécurisation immédiate de ce tronçon. L’argent est là. Les travaux peuvent commencer demain”. Si rien n’est fait, les frontaliers n’excluent pas des mesures de lutte.

La SS337 n’est en effet pas seulement un point de passage pour les touristes. Elle est utilisée quotidiennement par 1500 frontaliers. Avec cette interruption pour une durée indéterminée, ces usagers doivent faire un détour de plus d’une heure, par le val Cannobina (I).

(Source ATS – Photo : ©KEYSTONE/TI-PRESS/SAMUEL GOLAY)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture et Société

Publicité

Populaire

Publicité

Retrouvez Radio Lac sur tous les supports

écrans
To Top