Rejoignez-nous

Culture

Clap de fin pour Le Matin papier

Publié

,

le

La version papier du journal Le Matin paraîtra pour la dernière fois le 21 juillet. L’avenir du quotidien romand s’écrira désormais uniquement sous forme numérique. Jusqu’à 41 personnes sont menacées dans leur emploi. Le personnel est sous le choc.

Le couperet est officiellement tombé, après des mois de rumeurs et des années de pertes financières: après 125 ans d’histoire(s), le quotidien payant le plus lu de Suisse romande va cesser de paraître le samedi 21 juillet, après le Paléo et le Mondial de football. Il deviendra le premier quotidien suisse à faire le pas du tout numérique.

Cette restructuration impactera « au maximum 41 personnes, dont 24 dans la rédaction », a annoncé jeudi l’éditeur Tamedia. « Ce seront soit des licenciements, soit des réductions du temps de travail », a expliqué Patrick Matthey, responsable de la communication pour la Suisse romande. Le Sport-Center, agence interne de Tamedia pour le sport, sera aussi touché. Mais pas du tout le Matin Dimanche.

Patrick Matthey ne donne pas de détails pour l’instant. « Une procédure de consultation vient d’être lancée. Nous donnerons des chiffres lorsque nous serons au bout du processus », a-t-il ajouté.

Selon des chiffres diffusés à l’interne, 16 personnes seraient touchées dans la rédaction du Matin, 8 au Sport-Center et 17 dans le secteur TES (production, édition et technique). Les licenciements seraient prévus pour la fin juin.

Les employés étaient sous le choc jeudi après cette annonce. Ils vont contester l’ampleur des licenciements – 41 personnes – et lutter pour obtenir les meilleures conditions possibles pour les personnes qui seront finalement touchées. C’est « l’incompréhension » de voir Tamedia, qui obtient de bons résultats financiers, « licencier autant de monde que ça », a expliqué Eric Felley, co-président de la société des rédacteurs du Matin.

Rédaction de 15 personnes

Le Matin continuera avec une rédaction d’environ 15 personnes qui collaborera étroitement avec le Sport-Center et le Newsexpress de Tamedia, ainsi que le réseau du gratuit 20 Minutes. Les collaborateurs du quotidien orange sont appelés à postuler pour la nouvelle rédaction numérique du Matin.

Le rédacteur en chef actuel s’en va. Sur les réseaux sociaux, Grégoire Nappey explique qu’il « n’a pas souhaité conduire ce projet » pour être « cohérent avec ses convictions ». Il assurera jusqu’au 21 juillet la transition avec Laurent Siebenmann, qui sera le nouveau rédacteur en chef du Matin online. Ce dernier a débuté sa carrière dans les radios privées en Suisse romande. Il a rejoint la rédaction du Matin en février 2015.

Le titre ne changera pas de ligne. « Le Matin restera Le Matin », a assuré Laurent Siebenmann. « Il restera un peu provocateur, axé sur les faits divers, le sport et le divertissement », a-t-il ajouté. Le matin.ch vise un public-cible de 35 à 55 ans. Il sera complémentaire de 20 Minutes qui compte sur le lectorat des 15-35 ans.

Pertes financières

Les pertes financières auront eu raison de l’édition papier du journal de boulevard. « Nous enregistrons des pertes importantes depuis plus de 20 ans. Et elles ont augmenté ces dernières années », a expliqué Patrick Matthey. En 2017, la marque a perdu 6,3 millions de francs, et près de 34 millions au cours des dix dernières années.

Le matin.ch sera un produit 100% gratuit, a assuré M. Matthey. Le média devra tirer l’entier de ses revenus de la publicité. Le modèle économique a été analysé et jugé viable. « On espère très fortement développer les recettes publicitaires sur internet », a renchéri Laurent Siebenmann.

Si Tamedia opte pour le tout numérique, c’est aussi parce que « le mode de consommation des lecteurs a changé », a ajouté le porte-parole. « Cette décision est douloureuse pour les collègues, mais c’était pour nous une évidence de basculer le journal sur le numérique », a-t-il ajouté.

Moins de lecteurs

Le lectorat du quotidien – imprimé à près de 38’000 exemplaires pour 218’000 lecteurs- s’érodait année après année. Le quotidien orange, qui était beaucoup lu dans les bistrots, a perdu plus de 80’000 lecteurs en dix ans sous l’effet notamment de la concurrence des gratuits 20 minutes et Le Matin bleu, ce dernier ayant lui-même disparu en 2009. Quant aux revenus publicitaires, ils ont reculé de 42% en 10 ans.

Les collaboratrices et collaborateurs touchés seront mis au bénéfice de mesures d’accompagnement dans le cadre d’un plan social. La direction a demandé à rencontrer dès vendredi la représentation des employés accompagnée du syndicat Impressum, afin de démarrer la procédure de consultation.

Réactions véhémentes

Les syndicats ont réagi avec véhémence. L’annonce de Tamedia survient alors qu’une procédure est en cours devant l’Office de conciliation vaudois pour sauver Le Matin papier et demander un gel des licenciements sur deux ans. Pour Impressum et syndicom, l’éditeur zurichois se conduit comme le « croque-mort » de la diversité de la presse en Suisse romande.

L’éditeur zurichois poursuit son approche « purement orientée vers le profit » et considère le journalisme comme « une activité uniquement lucrative », critique le Parti socialiste dans un communiqué. Pour le PS, cette disparition est une raison supplémentaire pour appuyer sa demande visant à créer des possibilités de soutien à la presse écrite dans la nouvelle loi sur les médias. Cette dernière sera bientôt mise en consultation par le Conseil fédéral.

La présidente du gouvernement vaudois Nuria Gorrite a annoncé que le Conseil d’Etat a immédiatement sollicité une entrevue avec la direction de Tamedia. « Tamedia, société qui fait des bénéfices, tire la prise d’un titre populaire, l’un des derniers quotidiens romands. C’est une coupe dans l’identité romande », a-t-elle déclaré.

Source : ATS

 

1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Quel avenir pour la presse écrite ? – M.T.Q

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Plus de 700 millions de comptes et mots de passe dans la nature

Publié

le

Les différentes attaques informatiques ont bien profité aux pirates

Collection #1, c’est le petit nom d’un énorme fichier de 87 gigas qui regroupe 772 904 991 comptes et mots de passe. C’est une véritable base de données qui a été constitué par des hackers suite aux différentes attaques contre des sites comme facebook, dropbox, ou encore adobe.

Pour savoir si le mal est fait, le site Have i been pwned? (en anglais) vous permet de renseigner votre adresse e-mail, et, le cas échéant, de connaitre l’étendue des dégâts. Pour rappel, un mot de passe doit être compliqué et différent pour chaque service. L’idéal serait de le changer au moins 2 fois par an. Pas facile d’avoir une identité numérique sure de nos jours.

Enfin, sachez que la Suisse aussi possède son outil de vérification de piratage, la base de données Mélanie

Benjamin Smadja Radio Lac

Continuer la lecture

Actualité

Double vie, la nouvelle série de la RTS

Publié

le

Copyright: RTS/Anne Kearney

Un 6 x 52 minutes efficace

Et si votre mari avait une double vie? Ce n’est que lors de sa mort accidentelle que son secret va éclater au grand jour. Deux veuves vont devoir affronter à la fois chagrin et trahison. Un décès qui va déclencher un désir de changement et d’émancipation.

Tournée l’été dernier en Lavaux et sur la Riviera, Double vie est l’adaptation d’une série flamande éponyme dont le scénario a été réécrit pour la Suisse romande par Marie Fourquet et Léo Maillard. Réalisée par Bruno Deville, cette série dresse le portrait émouvant de deux femmes frappées par le destin. Interprété par Marina Golovine et Anna Pieri, ce duo que tout oppose va devoir apprendre à coexister et prendre son destin en main. A leurs côtés, les comédiens Thibaut Evrard, Yoann Blanc et Bruno Todeschini.

Le réalisateur Bruno Deville était l’invité de Benjamin Smadja

Continuer la lecture

Actualité

Financement participatif réussi pour le cirque Knie

Publié

le

Le Knie inaugurera un chapiteau flambant neuf à l'occasion de son centenaire. (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Pari réussi pour le Knie: la campagne de financement participatif lancée pour l’achat de son nouveau chapiteau s’est achevée lundi avec succès. La tente sera remplacée cette année à l’occasion du centenaire du cirque.

« Un grand merci », a déclaré mardi le directeur du cirque Fredy Knie junior à l’intention des mécènes dans un communiqué. « Cette fidélité nous rend très fiers. »

En l’espace de quatre mois, 498 personnes se sont engagées à verser 254’101 francs, selon le Knie. L’objectif de 250’000 francs a ainsi été dépassé. Les contributions vont de 5 francs à plusieurs milliers. Elles sont de 510 francs en moyenne.

Ces donateurs « font maintenant partie du Cirque Knie ». Ils participeront tous à un tirage au sort pour un week-end au cirque avec la famille Knie. Et 104 d’entre eux – ceux qui ont donné au moins 500 francs – verront leur nom immortalisé sur le nouveau chapiteau. Les autres recevront un sac fait d’un morceau du vieux chapiteau ou encore un livre du jubilé de Knie dédicacé.

Tente remplacée tous les huit à dix ans

Le toit de la tente est généralement remplacé tous les huit à dix ans, a précisé à Keystone-ATS la porte-parole Leila Zimmermann. Mais c’est la première fois que le cirque a recours au crowdfunding pour en acquérir une nouvelle. Pourtant, le Knie n’a pas de problème d’argent.

Faut-il dès lors y voir une opération marketing? « C’est aussi une question de la fidélisation de la clientèle », répond Leila Zimmermann.

Et de renvoyer à un précédent communiqué quant aux raisons qui ont poussé le cirque à opter pour ce mode de financement. « Pour notre centenaire, nous ne souhaitons pas que l’on nous offre des fleurs, mais des morceaux symboliques de notre chapiteau », y explique Fredy Knie junior.

Septième génération aux manettes

La société Knie Frères Cirque National Suisse SA est détenue depuis toujours à 100% par la famille Knie. Aujourd’hui, le cirque est aux mains de la septième génération. Il emploie environ 230 collaboratrices et collaborateurs. Ses quartiers d’hiver se trouvent à Rapperswil (SG).

Les humoristes Vincent Kucholl et Vincent Veillon vont participer à la célébration du centenaire du Knie en Suisse romande. La première escale de ce côté-ci de la Sarine est programmée le 20 juin à Delémont.

Source ATS

On a demandé à Fredy Knie sénior si le cirque avait vraiment besoin de solliciter des dons. Sa réponse:

Fredy Knie sénior

Fredy Knie sénior revient sur les cadeaux obtenus par les donateurs:

Fredy Knie sénior

Le nouveau chapiteau est en cours de construction en Italie. Plus de détails par Fredy Knie:

Fredy Knie sénior

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Dick Cheney… en vedette des Golden Globes

Publié

le

Sélectionné à six reprises, le film d'Adam McKay avec Christian Bale en Dick Cheney (photo) devance de peu "A Star Is Born", avec Bradley Cooper et Lady Gaga, avec cinq nominations. (©Keystone/AP Annapurna Pictures/MATT KENNEDY)

« Vice », film biographique consacré à l’ancien vice-président américain Dick Cheney, a récolté jeudi le plus grand nombre de nominations pour les Golden Globes. Ces récompenses ouvrent la saison des prix à Hollywood.

Sélectionné à six reprises, le film d’Adam McKay avec Christian Bale en Dick Cheney devance de peu « A Star Is Born », avec Bradley Cooper et Lady Gaga, avec cinq nominations. A égalité avec cinq citations, dans la catégorie des « comédies », les Golden Globes ont retenu « La Favorite » et son trio d’actrices en vogue (Olivia Colman en Reine Anne, Rachel Weisz et Emma Stone qui se disputent ses faveurs) et « Green Book », qui met aux prises Mahershala Ali (Oscar du meilleur second rôle dans « Moonlight ») et Viggo Mortensen.

« BlacKkKlansman », film de Spike Lee inspiré par l’histoire réelle d’un policier noir ayant infiltré le Ku Klux Klan, et le très attendu « Retour de Mary Poppins » avec Emily Blunt dans le rôle titre, complètent le podium avec quatre nominations chacun.

Les Globes, qui seront remis le 6 janvier, font partie des prix les plus convoités du cinéma américain. Ils constituent un indicateur des films ayant de bonnes chances pour les Oscars, fin février.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genevalux investit les rues de Genève

Publié

le

Spark Ballet, sur la promenade de Saint-Antoine, est l'une des nouvelles oeuvres.

Le coup d’envoi du Geneva Lux 2018 a été donné jeudi soir. Dès la tombée de la nuit, la Ville de Genève a revêtu son habit de lumière. A l’occasion de cette cinquième édition, ce sont 25 œuvres lumineuses qui illuminent les rues de la cité. On retrouve avec plaisir les désormais célèbres Voyageurs de Cédric le Borgne, dont les silhouettes envoûtantes flottent au-dessus des flots.  Au bord de l’eau toujours, un nouveau mapping  vidéo anime la facade de l’Hôtel des Bergues.

Plusieurs nouveautés viennent compléter l’offre cette année. A l’image de l’installation de  l’artiste anglais Chris Plant. Installés contre le mur de la promenade de l’Observatoire, ses cercles de lumière changent constamment de couleur. Tandis que, le long de la promenade de Saint-Antoine, les arbres prennent vie grâce au Spark Ballet. De quoi ravir les habitants et les touristes:

Des spectateurs ravis

L’occasion selon le conseiller administratif en Ville de Genève, chargé du Département de l’environnement urbain, Guillaume Barazzone, d’apporter de la poésie dans l’espace urbain:

Guillaume Barazzone Conseiller administratif

Le festival se tient jusqu’au 13 janvier.

@marie_prieur

Continuer la lecture