Choisissez votre radio
Connect with us

Comment les œstrogènes protègent du diabète de type 2 ?

Publicité

Actualité

Comment les œstrogènes protègent du diabète de type 2 ?

Comment les œstrogènes protègent du diabète de type 2 ?

Les œstrogènes ce sont des hormones naturellement sécrétées par le corps, et principalement par les ovaires. En clair, ce sont les hormones sexuelles femelles. Les études ont montré que la femme, avant la ménopause, avait moins de risques de développer un diabète de type 2. A l’inverse, après la ménopause, cette tendance va s’inverser. Sauf chez les femmes qui prennent un traitement hormonal. Ces dernières ont 21 à 35% de chances en moins de développer un diabète de type 2.

Comment expliquer que les femmes soient plus à même de développer un diabète de type 2 après la ménopause ?

C’est qu’à la ménopause différents changements se mettent en place. Avec un changement principal, la masse musculaire a tendance à diminuer et la masse graisseuse à augmenter.

Pour cette étude les chercheurs se sont intéressés à cette nouvelle molécule, cette hormone qui permet entre guillemets de soigner le diabète qui est le GLP-1.

Cette découverte pourrait permettre de prévenir le diabète. Pour l’instant les tests ont été faits sur les souris par contre des tests ont été faits sur des cultures cellulaires humaines et les m’mes résultats ont été constatés.

La suite maintenant ?

C’est d’aller plus loin dans la recherche dans les mécanismes. Parce que les oestrogènes peuvent avoir des effets via divers récepteurs. Si les chercheurs arrivent à déterminer quel est le récepteur impliqué, quels sont les mécanismes ils vont pouvoir cibler les effets des œstrogènes.

Mais, en fait, aucun traitement n’existe à l’heure actuelle ?

Si, il y a un traitement il était donné aux Etats-Unis il y a une trentaine d’années mais il a été oublié et délaissé car il y avait des risques de cancer et de thromboses. Le but c’est de remettre ce traitement en avant mais de mieux l’utiliser et de le changer en ne mettant pas que des œstrogènes mais plutôt des molécules semblables beaucoup plus spécifiques qui ne vont cibler qu’une partie des effets des œstrogènes, les effets positifs.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité

Publicité

Populaire

Publicité

Retrouvez Radio Lac sur tous les supports

écrans
To Top