Rejoignez-nous

Actualité

Centre de semi-détention: Vernier remontée contre Pierre Maudet

Publié

,

le

U.S. Mission Photo by Eric Bridiers

Vernier ne veut pas d’un office de semi-détention sur son territoire. La Commune est très fâchée avec Pierre Maudet.

 

La Ville de Vernier très remontée à l’encontre de Pierre Maudet. En cause : les propos tenus dans la Tribune de Genève, le 29 novembre, par le Conseiller d’Etat en charge de la sécurité. Le Libéral-radical y annonçait l’établissement prochain d’un centre de semi-détention de 40 places sur le domaine de la Verseuse à Vernier, dans un bâtiment vide de l’Etat. Un projet Carcéral dont le Conseil administratif verniolan n’a pas eu vent. Sous la plume de son maire, Yvan Rochat, la Commune s’est fendue ce lundi d’une missive adressée à Pierre Maudet pour lui rappeler les principes constitutionnels de base. Mais surtout pour protester. Yvan Rochat :

 

Yvan Rochat Maire de Vernier

La Ville de Vernier indique, d’ores et déjà, qu’elle s’opposera par tous les moyens légaux possibles à ce centre de semi-détention.

Contacté, le Conseiller d’Etat Pierre Maudet dit tomber des nues. L’Office cantonal de la détention aurait répondu à une question écrite du Conseil administratif de Vernier le 24 mars 2016, concernant l’utilisation des locaux du chemin de la Verseuse. Une réponse qui n’aurait donné lieu à aucune réaction des autorités verniolanes.  Le Conseil d’Etat indique au surplus que l’insertion de délinquants n’aurait jamais posé de problèmes de voisinage, ni à Vésenaz, ni à Vandoeuvres.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le PDC mise sur deux femmes

Publié

le

Le PDC veut remplacer Doris Leuthard au Conseil fédéral par l'une de ces deux femmes: Heidi Z'Graggen (à gauche) ou Viola Amherd (archives). (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La conseillère fédérale Doris Leuthard devrait être remplacée par une femme. Le groupe parlementaire PDC propose au Parlement de choisir le 5 décembre entre Viola Amherd et Heidi Z’Graggen, a-t-il tweeté vendredi.

La haut-valaisanne Viola Amherd avait de bonnes chances d’être retenue. Au National depuis 2005, l’avocate-notaire de 56 ans s’y est engagée pour les régions de montagne et l’équilibre social. La vice-présidente du groupe PDC a longtemps présidé la ville de Brigue. Elle aime se décrire comme bâtisseuse de ponts.

La conseillère d’Etat uranaise Heidi Z’Graggen a quant à elle fait toute sa carrière politique dans son canton. A 52 ans, l’enseignante qui dirige le département cantonal de la justice a quatorze ans d’exécutif à faire valoir, mais c’est une inconnue aux Chambres fédérales.

Peter Hegglin pas retenu

Le groupe PDC a écarté Peter Hegglin, ce qui risque de ne pas plaire à la droite au Parlement. L’ancien agriculteur de 57 ans fait partie de l’aile plus conservatrice de son parti.

Avant d’être élu au Conseil des Etats en 2015, le Zougois était déjà connu à l’échelle nationale comme le directeur des finances qui a inlassablement défendu les intérêts de son canton durant treize ans. Il n’a pas profité de son arrivée à Berne pour se profiter sur de nouveaux thèmes ou améliorer son piètre français.

La conseillère nationale de Bâle-Campagne Elisabeth Schneider-Schneiter, qui jouait la carte urbaine, a également fait chou blanc. Agée de 54 ans, la juriste préside la commission de politique extérieure du National et ne s’est guère illustrée sous la coupole sur d’autres thèmes durant ses huit ans de mandat. Elle préside toutefois la chambre de commerce des deux Bâles.

Grande favorite

Le groupe PLR a déjà tranché plus tôt dans l’après-midi. Seuls deux candidats à la succession de Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral restent en lice: Karin Keller-Sutter et Hans Wicki. Christian Amsler n’a pas été retenu.

Karin Keller-Sutter faisait figure de grande favorite. Agée de 54 ans comme son concurrent, l’actuelle présidente du Conseil des Etats avait déjà postulé il y a huit ans face à Johann Schneider-Ammann. Mais elle ne siégeait pas encore sous la coupole fédérale et avait une réputation de dame de fer comme ministre saint-galloise de justice et police.

Depuis son élection à la Chambre des cantons en 2011, elle s’est profilée sur des sujets économiques et sociaux. Ses convictions de droite ne l’empêchent pas de tisser des compromis, par exemple pour sauver la réforme de la fiscalité des entreprises par un geste en faveur de l’AVS.

Cette polyglotte interprète de formation a aussi comme atout d’être une femme. De nombreuses voix réclament une féminisation du gouvernement. Le PLR n’a jusqu’ici eu qu’une conseillère fédérale, Elisabeth Kopp. Si aucune femme n’est élue le 5 décembre, Simonetta Sommaruga n’aura plus que des collègues masculins.

Un homme retenu

Face à Karin Keller-Sutter, Hans Wicki aura la tâche très difficile. Très mauvais en langue, il aura de la peine à convaincre les députés romands et tessinois. L’ancien conseiller d’Etat ne siège à Berne que depuis 2015 et n’est pas considéré comme un poids lourds du Conseil des Etats. Son élection permettrait à Nidwald d’obtenir son premier conseiller fédéral.

Le Nidwaldien a toutefois été préféré à Christian Amsler. L’actuel président du Conseil d’Etat schaffhousois n’était guère connu hors de son canton hormis dans les milieux de l’éducation. A la tête du Département de l’instruction publique, il ne siège pas sous la coupole fédérale.

Auditions

Les candidats officiels devront encore convaincre les parlementaires des autres partis. Des auditions seront organisées auprès des différents groupes. Chaque candidat devra mettre en avant ses atouts et faire face aux critiques. But: décrocher le soutien d’une majorité des 246 élus fédéraux.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Keller-Sutter et Wicki sont les candidats PLR au Conseil fédéral

Publié

le

Le groupe parlementaire PLR propose à l'Assemblée fédérale d'élire Karin Keller-Sutter ou Hans Wicki au Conseil fédéral (archives). (©KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Seuls deux candidats PLR à la succession de Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral restent en lice. Le groupe parlementaire libéral-radical propose vendredi au Parlement de choisir le 5 décembre entre Karin Keller-Sutter et Hans Wicki, a-t-il twitté vendredi.

Karin Keller-Sutter faisait figure de grande favorite. Agée de 54 ans comme son concurrent, l’actuelle présidente du Conseil des Etats avait déjà postulé il y a huit ans face à Johann Schneider-Ammann. Mais elle ne siégeait pas encore sous la coupole fédérale et avait une réputation de dame de fer comme ministre saint-galloise de justice et police.

Depuis son élection à la Chambre des cantons en 2011, elle s’est profilée sur des sujets économiques et sociaux. Ses convictions de droite ne l’empêchent pas de tisser des compromis, par exemple pour sauver la réforme de la fiscalité des entreprises par un geste en faveur de l’AVS.

Cette polyglotte interprète de formation a aussi comme atout d’être une femme. De nombreuses voix réclament une féminisation du gouvernement. Le PLR n’a jusqu’ici eu qu’une conseillère fédérale, Elisabeth Kopp. Si aucune femme n’est élue le 5 décembre, Simonetta Sommaruga n’aura plus que des collègues masculins.

Un homme retenu

Face à Karin Keller-Sutter, Hans Wicki aura la tâche très difficile. Très mauvais en langue, il aura de la peine à convaincre les députés romands et tessinois. L’ancien conseiller d’Etat ne siège à Berne que depuis 2015 et n’est pas considéré comme un poids lourds du Conseil des Etats. Son élection permettrait à Nidwald d’obtenir son premier conseiller fédéral.

Le Nidwaldien a toutefois été préféré à Christian Amsler. L’actuel président du Conseil d’Etat schaffhousois n’était guère connu hors de son canton hormis dans les milieux de l’éducation. A la tête du Département de l’instruction publique, il ne siège pas sous la coupole fédérale.

Climat agréable

Les auditions se sont déroulées dans un climat très agréable, avaient souligné Hans Wicki et Christian Amsler en sortant de leur grand oral. Karin Keller-Sutter s’était abstenue de tout commentaire.

Les trois prétendants ont dû répondre à des questions parfois critiques portant sur les relations avec le parti, le rôle dans le collège gouvernemental et la manière de gouverner. Ils ont également dû s’exprimer en français et en anglais.

Deux PDC

Le PDC a quant à lui opté pour un ticket à deux. Les démocrates-chrétiens doivent encore décider qui ils y présenteront pour succéder à Doris Leuthard. Viola Amherd (VS), Heidi Z’Graggen (UR), Peter Hegglin (ZG) et Elisabeth Schneider-Schneiter (BL) sont sur les rangs.

Le groupe pourrait être tenté par un ticket 100% féminin. Mais les voix de droite au Parlement pourraient quand même se porter ensuite sur Peter Hegglin. D’autant plus que Viola Amherd, bien placée pour figurer sur le ticket, est considérée comme trop à gauche par certains. Un ticket réunissant le Zougois et la Valaisanne pourrait avoir des chances de s’imposer.

Les candidats officiels devront encore convaincre les parlementaires des autres partis. Des auditions seront organisées auprès des différents groupes. Chaque candidat devra mettre en avant ses atouts et faire face aux critiques. But: décrocher le soutien d’une majorité des 246 élus fédéraux.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Congé paternité de deux semaines proposé

Publié

le

Un congé paternité de deux semaines pourrait être introduit en Suisse (archives). (©KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Un congé paternité de deux semaines pourrait être introduit en Suisse. La commission de la sécurité sociale du Conseil des Etats a mis vendredi ce projet en consultation jusqu’au 2 mars. Elle le présente comme un compromis.

Diverses propositions ont été lancées auparavant au Parlement sans succès. Une initiative populaire a été lancée pour réclamer un congé paternité de 20 jours pouvant être pris de manière flexible dans l’année qui suit la naissance de l’enfant. Le Conseil fédéral a appelé à son rejet, sans contre-projet.

Droite opposée

Seule une minorité PLR-UDC de la commission se range derrière ce refus clair et net. Selon elle, les assurances sociales ne sont actuellement pas en mesure de supporter les charges supplémentaires qui découleraient d’un congé paternité.

Qu’il soit de deux ou quatre semaines, ce dernier poserait en outre de grands défis organisationnels, notamment aux PME. La droite préfère s’en remettre aux solutions élaborées « sur mesure » au sein des entreprises.

Situation actuelle

Actuellement, seule une mère a droit après la naissance d’un enfant à un congé maternité. Celui-ci est d’au moins quatorze semaines. Durant ce congé, les travailleuses ont droit à une allocation de maternité.

Par contre, le droit fédéral ne prévoit pas de congé paternité. Le père peut demander un congé à titre de « jour de congé usuel » après la naissance d’un enfant. Il bénéficie en général d’un à deux jours rémunérés.

Le père peut en outre prendre des vacances après la naissance, pour autant que l’employeur y donne son aval. Des conditions plus avantageuses peuvent toutefois être définies au niveau de l’entreprise, dans une convention collective de travail ou une disposition du contrat de travail.

Répartition des rôles

La majorité de la commission (7 voix contre 4), soutenue par la majorité de son homologue du National, estime qu’il est nécessaire d’aller plus loin. Il est important d’encourager la mise en place de conditions de travail permettant aux parents d’exercer leurs responsabilités familiales.

Un congé paternité permettrait une répartition des rôles plus équilibrée au sein du couple. Chacun des parents pourrait assumer ses obligations familiales sans être forcé de mettre fin à son activité professionnelle.

Légère hausse des cotisations

Le compromis proposé vise toutefois à limiter les charges supplémentaires. Avec un congé de deux semaines, la charge financière serait limitée à 224 millions de francs par an, portant les dépenses totales pour les allocations pertes de gain (APG) à 2 milliards.

Il faudrait augmenter de 0,06 point le taux de cotisation aux APG, partagé entre employeur et employé. Celui-ci s’élève actuellement à 0,44% (0,2% pour le service militaire, 0,24% pour le congé maternité).

Conditions

Comme pour la maternité, l’allocation de paternité s’élèvera à 80 % du revenu moyen de l’activité lucrative et sera versée sous forme d’indemnité journalière. Pour y avoir droit, le père devra avoir été assuré durant les neuf mois précédant la naissance de l’enfant, avoir exercé une activité lucrative durant cinq mois et être salarié ou exercer une activité indépendante au jour de la naissance.

Le Conseil fédéral sera chargé de régler le droit à l’allocation des pères qui sont au chômage ou en incapacité de travail. Pour avoir droit au congé, il faudra être le père de l’enfant au regard du droit à la naissance (filiation par mariage avec la mère ou par reconnaissance) ou le devenir dans les six mois (par jugement ou par reconnaissance).

Le congé de paternité devra être pris dans les six mois qui suivent la naissance de l’enfant. Comme pour le congé maternité, la durée des vacances ne doit pas être réduite à cause du congé. Une prolongation du délai de congé en cas de résiliation et l’interdiction de conclure un accord au détriment du travailleur sont également prévues.

Contrairement au congé maternité, le congé paternité ne devra pas obligatoirement être pris en bloc, mais pourra être pris sous forme de journées isolées.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Nespresso quitte Lausanne pour Vevey

Publié

le

L'emblématique marque de café en capsule intégrera d'ici trois ans le site historique de la multinationale veveysanne. (archive) (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Nestlé prévoit de déplacer le siège mondial de Nespresso de Lausanne à Vevey. Ce transfert entraînera l’arrivée à Vevey d’environ 350 collaborateurs à partir de 2021. Le siège sera ainsi implanté sur le site industriel d’origine du groupe.

Nespresso, numéro un mondial du secteur du café portionné, emploie plus de 13’000 employés et est présent dans 76 pays. Le développement mondial des activités de cette marque trentenaire sera poursuivi dès 2021 sur le lieu même où Henri Nestlé a inventé la farine lactée en 1867, souligne vendredi la multinationale vaudoise dans un communiqué.

Le groupe avait entrepris entre 2013 et 2016 d’importants travaux pour la réhabilitation complète de ses bâtiments historiques, sur l’ancienne friche industrielle veveysanne. Les travaux pour la mise en place d' »espaces de travail d’avant-garde » s’achèveront au printemps 2021, précise le groupe.

Ces changements et investissements « confirment l’ancrage de Nestlé dans la région tout en confortant la Suisse comme pôle stratégique du groupe à long terme », conclut la multinationale.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Tariq Ramadan obtient sa mise en liberté

Publié

le

"J'irais fuir où? Alors que tout va vers mon innocence. Je vais rester en France et défendre mon honneur et mon innocence", a déclaré l'islamologue suisse de 56 ans pour tenter de convaincre la chambre de l'instruction de faire droit à sa quatrième d (©Keystone/MARTIAL TREZZINI)

L’islamologue Tariq Ramadan, inculpé pour viols sur deux femmes, a clamé jeudi son innocence devant la cour d’appel de Paris chargée de statuer sur son éventuelle mise en liberté, qu’il a obtenue. C’était sa première apparition publique depuis son incarcération.

La libération de l’islamologue suisse de 56 ans est soumise au versement d’une caution de 300’000 euros, a précisé son avocat Emmanuel Marsigny. M. Ramadan, qui doit remettre son passeport suisse, a interdiction de quitter le territoire, d’entrer en contact avec les plaignantes et certains témoins. Il devra pointer une fois par semaine au commissariat.

La chambre de l’instruction a rendu cette décision, non susceptible d’appel, après avoir entendu M. Ramadan plaider lui-même sa cause avec énergie lors d’une rare audience en public jeudi après-midi, alors que le huis clos est quasi systématique à Paris en matière de détention, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Je vais rester en France »

« J’irai fuir où? Alors que tout va vers mon innocence (…) Je vais rester en France et défendre mon honneur et mon innocence », avait-il déclaré depuis le box pour tenter de convaincre la chambre de l’instruction de faire droit à cette quatrième demande de mise en liberté.

Celle-ci avait été rejetée la semaine dernière par les juges qui craignent notamment des « risques de pression » sur les deux femmes dont les plaintes ont lancé l’affaire à l’automne 2017 et débouchées sur la double inculpation de M. Ramadan le 2 février.

La défense avait fait appel du rejet de cette demande, déposée dans la foulée d’une nouvelle audition où M. Ramadan avait admis des relations sexuelles « consenties » avec ses accusatrices. Après un an de dénégations, la révélation d’échanges SMS sans ambiguïtés l’avait contraint à changer de version.

« Qui a menti le plus? »

« Je voudrais que vous décidiez en votre âme en conscience, non pas parce que je m’appelle Tariq Ramadan et qu’on m’a diabolisé dans ce pays », a-t-il lancé aux juges. « Je veux bien qu’on me reproche d’avoir menti pour protéger ma famille, ma fille qui est dans la salle. Mais qui a menti le plus? Qui a instrumentalisé le mouvement #MeToo? », s’est défendu M. Ramadan, accusant ses accusatrices de se répandre dans les médias.

A tour de rôle, les avocats de la défense et des deux plaignantes se sont renvoyés les accusations de menaces sur les protagonistes du dossier et leur entourage. « Je viens de passer dix mois en prison, je suis innocent, je le paye de ma santé, je ne peux plus marcher normalement », a plaidé M. Ramadan, qui souffre d’une sclérose en plaques.

Invoquant à nouveau le « risque de pression sur les plaignantes et les témoins », le parquet général a requis le rejet de la demande. La décision était attendue dans la soirée de jeudi.

Source ATS

Continuer la lecture